Qualité des rivières
dans le Rhône


Retour à la carte générale
Liste des rivières | Les Grosnes : La Grosne – la Grosne occidentale - la Grosne orientale et son affluent la Carelle

Les Grosnes : La Grosne – la Grosne occidentale - la Grosne orientale et son affluent la Carelle

Dans le cadre du suivi de la qualité des eaux conduit par le Département du Rhône, une analyse sur les bassins de la Grosne occidentale, de la Grosne orientale et de la Grosne s’est déroulée en 2003 à partir de 9 sites de prélèvement répartis sur l’ensemble des bassins versants.

Présentation

Le territoire de ce bassin versant au relief montagneux s’étend sur les départements du Rhône, près du Mont Saint-Rigaud (1 009 m), et de la Saône-et-Loire.

Dans le Rhône, les sources sont multiples, toutes comprises entre 500 et 750 m d’altitude : elles constituent la tête d’un bassin de 1200 km², situé en grande partie sur le département de la Saône-et-Loire. La Grosne, la Grosne occidentale, la Grosne orientale et son affluent la Carelle larges de 3 mètres au plus, forment un chevelu qui s’écoule sur une pente élevée (10 à 30‰). La Grosne occidentale et la Grosne orientale confluent avec la Grosne dans le département de Saône et Loire, qui se jette dans la Saône quelques km au sud de Chalon-sur-Saône.

La majeure partie du bassin est située sur un socle cristallin (granite, migmatites) avec par endroit des roches volcaniques, comme sur le haut du bassin de Propières, rendant les eaux peu minéralisées. Le haut bassin des Grosnes connaît globalement une bonne valeur écologique, mais plus à l’aval, les activités humaines perturbent fortement les cours d’eau. Dans leur partie rhodanienne, ils ne présentent pas de phénomène d’érosion. Les cours d’eau alternent zones ombragées et ensoleillées favorisant une ripisylve variée et abondante, qui protège le milieu. Des prairies et des bois recouvrent une grande partie du bassin et partagent l’espace avec des zones agricoles où l’élevage est prédominant, avec quelques terres labourables. Ce secteur rural, éloigné du développement industriel et touristique, accueille des résidences secondaires. Un abattoir de volailles, quelques fromageries et des scieries sont implantés sur le bassin, formant l’essentiel du tissu industriel.

Assainissement

Les rejets domestiques sont, quand ils ne sont pas ou mal traités, une source de pollution non négligeable des cours d’eau (matières organiques, nitrates, phosphore, …).
Sur le bassin versant de le Grosne, les communes de Monsols et d’Ouroux sont équipées de stations d’épurations. Face aux investissements lourds que les systèmes d’assainissement représentent (réseaux et station d’épuration) et du fait de la technicité de ces systèmes, le Département du Rhône et l’Agence de l’eau accompagne les collectivités en subventionnant des travaux de construction ou d’amélioration des équipements et en mettant à leur disposition un Service d’assistance technique à l’exploitation des stations d’épuration (SATESE), qui leur apporte appui et expertise technique pour le fonctionnement optimal de leurs outils d’assainissement. Une diminution des matières organiques présentes dans les cours d’eau permet de mesurer l’impact positif sur la qualité des eaux superficielles des travaux d’assainissement financés par le Département.

Une partie des industries et des activités agricoles sont raccordées au réseau d’assainissement des collectivités et bénéficient de ce service. L’assainissement implique donc, également, l’ensemble des acteurs économiques locaux à l’origine ou non de rejets dans le milieu naturel.
Les autres villages du bassin et les fermes isolées possèdent un assainissement de type autonome. En effet, lorsque l’habitat est trop dispersé, le coût de raccordement à une station d’épuration est trop élevé. Les eaux usées ne peuvent cependant pas être rejetées dans le milieu naturel sans traitement. Les foyers non raccordés à un réseau de collecte des eaux usées doivent donc obligatoirement être dotés d’un système d’assainissement autonome dont les installations seront maintenues en bon état de fonctionnement.

Les installations font l’objet de contrôles périodiques par les Services Publics d’ Assainissement Non Collectifs (SPANC). La mise en conformité progressive de ces installations permet une amélioration des rejets et de la qualité des eaux.

La situation piscicole

Ces cours d’eau sont classés en 1ère catégorie piscicole, car les eaux fraîches de la haute vallée accueillent quantité de truites sauvages, vairons, chabots, loches franches, goujons, lamproies de planer et blageons. De nombreux pêcheurs sportifs les fréquentent ainsi que le plan d’eau de Trades aménagé en dérivation de la Grosne occidentale, dont les eaux moins fraîches attirent en particulier perches soleil et gardons.

La qualité de l’eau

La qualité de l’eau physico-chimique et hydrobiologique de la Grosne et du ruisseau de la Carelle est bonne, malgré la présence de différentes pollutions comme les matières organiques, azote et phosphore.
Par contre, elle est particulièrement dégradée sur la Grosne occidentale à l’aval de Monsols (teneur élevée en azote) et sur la Grosne orientale à l’aval d’Ouroux (teneur élevée en phosphore). Dans ces deux cas, la qualité globale s’améliore nettement après quelques kilomètres, traduisant une bonne auto-épuration de ces cours d’eau. Des rejets issus d’activités anthropiques peuvent justifier la dégradation de la qualité de l’eau sur l’ensemble du bassin : fermes isolées, petits hameaux proches des cours d’eau ou encore des déjections animales (troupeaux de vaches ayant accès au ruisseau).

Evolution par rapport aux études antérieures

Par rapport au dernier suivi de la qualité des eaux (1996), on observe une nette amélioration de la qualité de la Grosne Occidentale à l’aval éloigné de Monsols alors qu’à l’aval proche, la qualité n’a pas évolué sensiblement. Les améliorations récentes (2002) apportées à la station d’épuration de Monsols ont sans doute eu pour principal effet de réduire le linéaire de cours d’eau concerné par la pollution. En revanche, la qualité de la Grosne Orientale à l’aval d’Ouroux s’est dégradée.

Spécificité

L’effet canicule

Lors de l’été 2003, l’échauffement des eaux a été excessif sur la plus grande partie du bassin. Le record de température (26,5°C) a été observé sur la Grosne orientale à l’amont d’Ouroux. Le débit d’étiage était particulièrement faible et des matières en suspension se sont déposées, colmatant le lit. Cette situation a été aggravée par la sécheresse, le pompage d’eau directement en rivière et le piétinement du lit par les bovins.

Perspectives d’amélioration

Un contrat de rivière, porté par l’Établissement Public Territorial de Bassin Saône et Doubs, est en préparation sur le bassin des Grosnes. Les études préalables sont en cours et le dossier sommaire de candidature a été validé par le Comité d’Agrément des contrats de rivières du bassin Rhône Méditerranée & Corse en décembre 2007. Les actions qui seront prévues au contrat devraient permettre d’améliorer sensiblement la qualité de l’eau de ces rivières.

Département du Rhône